Par  Dr Virgil K. LOKOSSOU  et Pr Issiaka SOMBIE

L’utilisation des évidences aide à améliorer la santé à travers une meilleure planification et mise en œuvre des politiques et programmes. Afin de contribuer à améliorer la santé des Mères et des Enfants, l’Organisation Ouest Africaine de la Santé (OOAS) a présenté le projet « Moving Maternal, Newborn and Child Health Evidence into Policy in West Africa » aux Directeurs des services de la Santé maternelle et infantile des 15 pays de la CEDEAO le 01 août 2015 à Ouagadougou, Burkina Faso. Le résultat final du projet est d’avoir en 2020, une amélioration de demande, de la production et de l’utilisation de l’évidence en santé maternelle et infantile  dans la planification et la mise en œuvre des politiques et programmes de la santé maternelle dans six pays (Bénin, Burkina, Ghana, Mali, Nigéria et Sénégal).

20150801_085345_Burst01L’objectif de la rencontre était d’obtenir l’engagement des décideurs à soutenir la mise en œuvre du projet et de collecter leurs impressions. Elle a permis de présenter l’initiative «Innovation pour la santé des mères et des enfants d’Afrique» du consortium canadien (Centre de Recherches pour le Développement International, Instituts de Recherche en Santé du Canada, Ministère des Affaires Etrangères, Commerce et Développement du Canada), de donner les objectifs et les résultats attendus du projet, d’exposer la méthodologie de l’analyse de la situation, de répondre aux questions des décideurs nationaux et des partenaires, et enfin d’appréhender les impressions des décideurs et des partenaires.

Si tous les décideurs ont exprimé un intérêt pour le projet, ils ont aussi apporté des contributions qui pourraient aider à sa réussite. Ainsi, ils ont demandé :

  • d’étendre la phase d’analyse de la situation du projet aux autres pays en partageant les outils.
  • d’aider à mobiliser des fonds additionnels pour la mise en œuvre du projet régional.
  • de promouvoir le leadership des pays durant la phase de mise en œuvre.
  • d’avoir un appui de l’OOAS pour obtenir l’engagement des principales autorités et favoriser la collaboration entre chercheurs et décideurs, l’implication des personnes clés du système comme les analystes politiques et des personnes en charge de l’élaboration des politiques, plans, guides ou directives.
  • de penser à la pérennisation des acquis du projet régional pour éviter l’arrêt de ce  processus innovateur à la fin du projet.

 20150801_085311_Burst01La rencontre a permis de comprendre les motivations des décideurs pays, des chercheurs et partenaires des autres institutions pour le projet régional. Les autres appréhensions des parties prenantes ont donné des pistes de mise en œuvre à l’OOAS pour obtenir le succès du projet.

 Nous pensons que ce projet est innovateur et contribuera à la réduction de la forte mortalité maternelle et infantile en Afrique de l’Ouest. Les leçons tirées de ce projet pourront être répliquées ailleurs. Des informations complémentaires peuvent être obtenues auprès du Dr Virgil LOKOSSOU [email protected] ou du Pr Issiaka SOMBIE [email protected].

 Photo 2, Cérémonie d’ouverture:  Dr Laurent ASSOGBA, Directeur Général Adjoint de l’OOAS au Centre, à  sa droite le Dr Kambou Sansan Stanislas, Directeur du Département Recherche et Système d’Information Sanitaire et à sa gauche Dr Johanna Austin Benjamin, Directrice Département Soins de Santé Primaires de l’OOAS.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Please fill in the below *