Bamako logoConférence régionale sur le «District sanitaire en Afrique: Bilan et perspectives 25 ans après la Déclaration de Harare”

Organisée par la Communauté de Pratique Prestation de Services de Santé en collaboration avec les organismes membres de l’Initiative HHA et la plateforme Be-cause Health.
du 21 au 23 octobre 2013 à Saly, Sénégal

Date limite de soumission des résumés: 15 mai 2013 à minuit (CET +1)
Soumettez vos propositions à: [email protected]

Les notifications sur la décision du comité de sélection seront envoyées aux soumissionnaires par courrier électronique le 30 Juin 2013.

Le Comité organisateur invite les personnes intéressées à soumettre des propositions de communications orales ou affichées (posters) pour la Conférence régionale sur le «District sanitaire  en Afrique: Bilan et perspectives 25 ans après la Déclaration de Harare”. Merci de marquer déjà cette conférence comme une activité-clé dans votre agenda pour le second semestre de cette année.

______________________________________________

À propos de la Conférence

Vingt-cinq ans après la “Déclaration de Harare sur le renforcement des systèmes de santé de district basés sur les Soins de Santé Primaires” (1987), il s’avère opportun de mener une réflexion sur le rôle du district sanitaire (également connu aujourd’hui comme «système local de santé») ; sur la façon dont il a été conçu et mis en œuvre ainsi que sur les mises à jour nécessaires dans un continent Africain en pleine mutation.

L’expérience de plusieurs pays a montré que le système de santé de district représentait une plate-forme adéquate pour mettre en œuvre la stratégie des soins de santé primaires (SSP). Il sera également un élément clé dans l’implémentation de la Couverture Sanitaire Universelle en permettant une couverture équitable et efficace des populations en interventions essentielles.

Il est également important de sortir de la vision trop «administrative» du district sanitaire pour adopter une vision plus ouverte impliquant de nouveaux acteurs tels que la société civile, les prestataires privés et les ménages eux-mêmes.

L’objectif général de la Conférence d’Octobre 2013 est de «revisiter (Fresh look sur) le rôle du District Sanitaire (système local de santé) dans l’atteinte de la Couverture Sanitaire Universelle (CSU) en interventions essentielles et ses implications».

La conférence permettra d’identifier ce qui a changé en Afrique, en termes de contexte, des besoins et des pratiques, par rapport à il y a 25 ans. Elle dégagera les implications de ces changements pour la stratégie de district de santé dans les pays africains. Un accent sera mis sur des approches novatrices en explorant leur pertinence pour l’ensemble du continent africain. 

Participants

La conférence réunira plus de 100 experts, y compris les chefs de district, les cliniciens, les décideurs, les spécialistes en santé publique, des chercheurs, assistants techniques, des représentants d’ONG et des mouvements militants pour la promotion de la santé ainsi que des acteurs sociocommunautaires.

À propos de cet appel : thèmes et sessions

Tel que préétabli, le programme de la conférence fera alterner simultanément des conférenciers invités (keynote speakers), des séances plénières, des sessions parallèles, des groupes de travail et des présentations de posters. Pour des plus amples détails, nous référons les personnes intéressées à lire la note conceptuelle de la conférence qui est intitulée: La santé de district en Afrique: Bilan et perspectives 25 ans après la Déclaration de Harare.

Le système local de santé (Sylos) peut être conçu comme un espace à la fois opérationnel et de gestion qui se situe au niveau méso dans un système de santé national. Il est situé à l’équilibre de deux considérations importantes :

Tout d’abord, le Sylos doit être, en même temps, «suffisamment grand» – pour des raisons d’efficacité et compte tenu de la nécessité de parvenir à des économies d’échelle – et «suffisamment petit» afin de garantir la proximité sociale avec la population/communauté qu’il dessert.

Deuxièmement, le Sylos est, en termes de planification, situé à l’interface entre la planification descendante (du niveau central et des programmes spécifiques, en mettant l’accent sur ​​les interventions essentielles) et la planification ascendante basée sur les besoins ressentis localement. C’est donc à ce niveau opérationnel que ces deux logiques de planification se rencontrent et doivent être optimisées.

(Bart Criel, 2013)

Le comité d’organisation de la conférence sollicite des propositions des présentations orales pour les sessions parallèles ainsi que des présentations sous forme d’affiches/posters. Les abstracts à soumettre devront se focaliser sur l’objectif principal de la conférence, et plus particulièrement, tourneront autour des sujets suivants :

a)      La convergence entre la Déclaration de Harare et celle de Tunis : La planification et l’allocation des ressources pour des systèmes de santé locaux plus redevables, plus efficaces et plus équitables.

Focus: Le district sanitaire est le lieu de synthèse et d’implémentation de la politique et des priorités nationales en matière de santé ; en tenant compte de la demande exprimée par les communautés locales. Des expériences théoriques, méthodologiques et/ou pratiques susceptibles de donner plus d’éclairage sur la façon de concilier les concepts de «value for money» et d’équité au niveau national avec la nécessité de répondre aux besoins et demandes locaux seront particulièrement appréciées. Les différentes étapes du cycle (consultation, formulation, priorisation, planification, budgétisation, achats, suivi, évaluation et la communication aux citoyens) peuvent être couvertes. Les abstracts abordant les innovations et solutions technologiques sont les bienvenus tout en s’assurant que la présentation reste pertinente pour un public composé aussi de cadres de santé locaux.

b)      La régulation, les incitants et la coordination des acteurs de la santé pour des systèmes locaux de santé pluralistes et plus performants: comment et par qui?

Focus: Dans de nombreux pays, les systèmes de santé de district ont souvent été mis en œuvre avec dans une approche restrictive et standardisée ; la complexité des paramètres locaux (milieux urbains) et la variété des acteurs étant négligés. Nous sommes à la recherche d’expériences africaines qui ont réussi dans (1) l’alignement des privés ou d’autres prestataires peu régulés sur les priorités publiques telles que l’efficacité, la qualité, l’efficience ainsi que l’accessibilité des services de santé, y compris préventifs, (2) la coordination des prestataires en milieu urbain; (3 ) le développement d’un partenariat sur les interventions à haut impact avec les acteurs de santé non publics; (4) le processus de décentralisation du secteur public (5) l’autonomisation progressive des institutions sanitaires publique. L’efficacité et la reproductibilité seront des critères clés.

c)       Les individus, les ménages et la communauté en tant que co-producteurs de leur propre santé: un potentiel inexploité?

Focus: Dans de nombreux pays africains, les systèmes de santé de district ont mis l’accent sur les services de santé sans exploiter suffisamment la possible contribution des ménages et des  communautés ; ne tenant pas en compte leurs préférences et leur créativité. Nous recherchons des expériences originales de mise en œuvre des stratégies opérationnelles pour autonomiser les individus, les ménages ou les communautés dans la prestation des soins curatifs, promotionnels, des services de prévention et de réadaptation dans les pays à faibles ou moyens revenus. Les présentations doivent fournir des évidences sur leur efficacité et leur reproductibilité, en couvrant également les implications pour les acteurs des systèmes locaux de santé, y compris les équipes cadres de district et les formations sanitaires de première et deuxième lignes.

d)      La médicalisation de la première ligne: opportunités et défis.

Focus: En raison de la rareté des compétences et une approche de planification descendante, l’approche adoptée jusqu’ici en Afrique sub-saharienne était de ne pas nommer des médecins à prester dans des services de première ligne. Nous recherchons des expériences en provenance des pays qui ont assoupli cette restriction. L’attention devra être portée sur les implications en termes de ressources humaines pour la santé (gestion de carrière, par exemple), sur la définition des paquets d’activités, sur le travail en équipe, ainsi que des relations avec les équipes de gestion des districts ou des hôpitaux.

e)      Les Déterminants sociaux de la santé.

Focus: Les districts de santé ont essentiellement été occupés à mettre en œuvre les activités de paquet standard, sans pour autant avoir beaucoup de flexibilité au niveau local. Cela est probablement dû à l’accent mis sur les formations sanitaires (et non à leur coordination).

La croissance économique en Afrique conduira à plus de maladies non transmissibles, à des habitudes alimentaires malsaines qui changeront le profil épidémiologique du continent. Afin d’assurer une meilleure santé à la population, une mise à jour de l’ensemble des activités développées au sein d’un district sanitaire s’avère donc nécessaire. Plus fondamentalement, cette transition exige des stratégies innovantes sur les déterminants sociaux de la santé dans les pays africains, avec une attention particulière sur la façon d’initier un dialogue au niveau local avec d’autres secteurs, comme l’éducation, les services sociaux, l’agriculture, l’industrie, etc.

f)       Qualité des soins: obstacles et opportunités pour des soins centrés sur le patient

Focus: Dans certains pays, le district sanitaire a été mis en œuvre comme une stratégie très bureaucratique, avec une attention insuffisante au professionnalisme, à la réactivité (« responsiveness ») et à l’intégration des services centrés sur le patient (dans une approche client). Nous sommes à la recherche de connaissances sur la façon de mettre en œuvre des soins centrés sur le patient en Afrique sub-saharienne ; des expériences de gestion des maladies chroniques dans les milieux pauvres sont particulièrement les bienvenues. L’accent devrait être mis sur leurs implications sur l’organisation des systèmes locaux de santé et les établissements des soins.

g)      Les stratégies de renforcement des capacités des équipes cadres de district

Focus: Un système de santé de district suppose une forte capacité des gestionnaires de district à évaluer leurs priorités (en tenant compte du contexte local) au profit de la santé de la population du district sous leur responsabilité. Dans certains pays, les dirigeants ont adopté un mode plutôt administratif, avec un engagement limité, marqué par peu de créativité et d’initiatives. Des présentations et expériences scientifiques sur la façon de renforcer les capacités de gestion des équipes de cadres de district dans des contextes de rareté en ressources seront fortement appréciées. L’accent devrait être mis sur le diagnostic initial, les objectifs, les questions de mise en œuvre et les résultats.

h)      Le rôle des partenaires techniques et financiers (PTF) pour renforcer les systèmes locaux de santé.

Focus: Dans les années 90, des nombreux projets de renforcement ou d’appui aux districts de santé ont été développés par des organismes internationaux de coopération en matière de santé. Le rôle des PTF a évolué au cours des 25 dernières années. Nous sommes à la recherche de nouveaux moyens de renforcer les systèmes locaux de santé, notamment en analysant les faiblesses observées avec l’approche « projet standard » et en tenant compte du nouvel environnement de l’aide internationale.

Instructions pour la soumission des abstracts

Les communications à soumettre (abstracts) seront soit sous forme d’un résumé, soit encore sous forme affichée (poster). Les plages de présentation pour les sessions parallèles sont limitées. Les organisateurs sélectionneront et orienteront les présentations en fonction de leur qualité et de leur cohérence avec le programme général de la Conférence. Les présentations par des experts Africains sont particulièrement les bienvenues.

Veuillez noter que vous n’avez pas besoin d’être membre de la Communauté de Pratique Prestation des Services de Santé (CoP PSS) pour pouvoir soumettre un abstract. Toutefois, si un abstract est retenu et accepté pour présentation, l’auteur de la présentation DOIT impérativement devenir membre de la CoP PSS à titre individuel (les différentes plateformes de la CoP PSS seront notre principal canal de communication, avant, pendant et après la conférence).

Les candidats sont vivement recommandés de lire la note conceptuelle de la conférence afin d’en comprendre l’esprit, les objectifs ainsi que les points de démarcation.

La soumission d’un résumé implique un engagement à en assurer la présentation à la Conférence régionale. Merci donc de bien vouloir vous assurer que vous en comprenez les exigences avant de soumettre votre résumé. Les soumissionnaires basés en Afrique et sans soutien financier institutionnel seront prioritaires pour d’éventuels appuis pour couvrir les coûts de participation à la conférence (frais de déplacement et d’enregistrement à la conférence).

Merci de lire attentivement et de suivre les instructions suivantes:

1. Nous vous encourageons à utiliser le formulaire officiel de soumission (en annexe) et de nous envoyer votre abstract le 15 mai 2013 au plus tard. Vous pouvez accéder à ce formulaire au lien suivant  http://knowledge-gateway.org/hha/cop-hsd-pss-bilingual/library .

Les formulaires incomplets ne seront pas acceptés. Une fois rempli, merci d’envoyer votre formulaire par message électronique à [email protected]

 2. Les abstracts à soumettre pour la Conférence régionale sur le district sanitaire respecteront les spécificités suivantes :

  • Une présentation orale ne doit pas dépasser 1.000 mots (deux pages A4)
  • Un maximum de 200 mots est requis pour une présentation sous forme de poster/affiche.

3. Les abstracts doivent être soumis en Anglais ou en Français. Les présentations orales seront généralement faites en 15 minutes, suivies de 5 minutes pour la discussion. Un espace sera dédié à l’affichage des posters acceptés. Le programme final de la conférence prévoit d’accorder aux participants le temps nécessaire ainsi que plusieurs autres opportunités de faire le tour de l’espace posters et d’échanger avec leurs auteurs.

4. Les résumés ne doivent pas comporter de graphique, tableau, figure ou référence bibliographique. Les abréviations et acronymes seront expliqués lors de leur première utilisation. Les résumés doivent se conformer aux règles de la communication scientifique écrite : ils devront être structurés selon le plan IMRED (Introduction, Méthodes, Résultats et Discussion).

5. Il est possible d’échanger sur le contenu de votre abstract avec un membre du comité organisateur de la conférence (voir la liste des membres à la fin de la note conceptuelle). Vous pouvez aussi directement envoyer un mail à [email protected].

Processus de sélection des abstracts

Tous les abstracts soumis seront évalués par un groupe d’évaluateurs (reviewers) essentiellement composé d’experts internationaux en Santé Publique sélectionnés pour assister le comité d’organisation dans la sélection finale des papiers. Les membres du comité organisateur feront leur choix pour le programme sur la base des notes et des commentaires soumis par les évaluateurs et la cohérence éventuelle avec les focus la conférence. Leur décision sera notifiée à l’auteur principal par courrier électronique à la fin du mois de Juin 2013.

Chaque résumé sera évalué en fonction des critères suivants: (1) ses éventuelles implications dans l’organisation des services de santé au niveau local, (2) sa pertinence en rapport avec le thème principal de la conférence, (3) sa pertinence en rapport avec le public cible de la conférence; (4) la qualité des données présentées, (5) la clarté et la complétude de l’abstract.

D’autres critères supplémentaires pourront être appliqués:

6) le caractère innovateur des pratiques présentées

7) une modélisation appropriée

8) la réplicabilité ou l’adaptabilité dans d’autres pays/contextes

9) les éventuelles leçons à tirer

Nous vous invitons à partager cette annonce d’appel à soumission d’abstracts avec vos collègues et au sein de votre réseau professionnel.

Contacts du Comité organisateur

Pour toutes questions ou demandes de renseignements concernant la conférence, la soumission des abstracts et/ou les subventions potentielles pour participer, merci de contacter le secrétariat de la conférence en envoyant un mail à [email protected]. Téléchargez le formulaire ormulaire de soumission des abstracts/résumés ici

Merci de remplir le formulaire de soumission ci-joint et le retourner à [email protected].

Vous recevrez normalement un mail de confirmation de notre part. Nous vous conseillons de soumettre à nouveau votre résumé si vous ne recevez pas notre message de confirmation dans un délai raisonnable.

Nous vous rappelons que la date limite de soumission est fixée au mercredi 15 mai 2013 à minuit (CET +1). Les abstracts reçus après cette date ne seront pas pris en considération.


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Please fill in the below *