Performance des agents de santé communautaire dans la gestion de diverses maladies de l’enfance: District de Siaya, Kenya, 1997-2001

Titre original : Community Health Worker Performance in the Management of Multiple Childhood Illnesses: Siaya District, Kenya, 1997–2001 Free fulltext

Auteurs: Jane M. Kelly, MD, Benta Osamba, CHNFP, Renu M. Garg, MD, Mary J. Hamel, MD, Jennifer J. Lewis, MPH, Samantha Y. Rowe, MPH, Alexander K. Rowe, MD, MPH, and Michael S. Deming, MD, MPH

publié en octobre 2001.

Résumé et commenté par : Dr Albert Tshiula Lubanga

Jane M. Kelly et al. partagent une étude sur l’évaluation des performances des agents de santé communautaire dans la prise en charge de diverses maladies chez les enfants dans le District sanitaire de Siaya, au Kenya.

Par manque de ressources humaines, nombre de pays développent l’utilisation des agents de santé communautaire, surtout dans les zones rurales, comme une stratégie complémentaire pour faciliter l’accès aux soins de santé pour les populations et en particulier pour les enfants, et leur assurer une prise en charge médicale à domicile. Ces agents de santé communautaire proviennent de la communauté et sont disponibles pour les populations. Avec eux, il n’y a plus de barrière linguistique et culturelle par rapport aux bénéficiaires de soins.

L’évaluation a été réalisée d’une part sur l’évaluation du rôle des agents de santé communautaire d’un projet de l’ONG CARE avec ses outils cliniques de prise de décision, et d’autre part sur l’analyse du rôle joué par les agents de santé du district et cela dans un hôpital de district.

Cette évaluation a montré des limites, notamment en rapport avec les compétences techniques des ASC dans l’interprétation des algorithmes décisionnels de prise en charge médicale. Les auteurs montrent les difficultés qui existent, y compris pour du personnel de santé qualifié, pour interpréter les signes tels que le tirage intercostal dans les IRA ou les plis cutanés dans la déshydratation, ou encore faire la différence entre convulsion – frisson – sursaut. Ils suggèrent donc la simplification des algorithmes afin de les adapter au niveau des ASC, comme par exemple :

  • Si fièvre, donner un antipaludéen (notons cependant qu’en cas de disponibilité du test rapide pour le paludisme, les ASC peuvent être initier à l’utilisation du test)
  • Si diarrhée, donner une solution de réhydratation orale
  • Si l’enfant semble très malade avec beaucoup de fièvre, envoyer immédiatement l’enfant au centre de santé

Les auteurs ont également souligné le manque de maitrise des algorithmes par les personnes qui encadrent et supervisent les ASC.

Commentaire : cette étude révèle les difficultés qu’on les ASC dans le diagnostic et le traitement curatif des maladies de l’enfant. Le fait de rajouter le curatif dans la responsabilité des ASC, en plus des aspects préventifs et éducatifs seuls pour lesquels ils étaient fait au départ, pose le problème de la formation de ces agents, mais aussi de leur niveau et de leur motivation. Sous prétexte d’améliorer l’accès aux soins, l’aspect de qualité des soins ne doit pas être mis en péril.

One Response to Performance des agents de santé communautaire – Kenya 2001

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Please fill in the below *